Raccolta delle acque Matera

LA RECUPERATION DES EAUX MAISON ET EGLISE DE SAINT JEAN DE MATERA ET EGLISE DU VIEUX PURGATOIRE

1   Maison de Saint Jean de Matera

On suppose que cette pièce fut la maison natale de Saint Jean de Matera né entre 1070 et 1080, devenue ensuite une église puis à la mort de Saint Jean de Matera la sacristie de l’église adjacente du Vieux purgatoire. Saint Jean de Matera fut surnommé, quand les noms de famille n’existaient pas encore, Descalzonibus (le Déchaussé), qui ensuite se serait transformé en Scalcione (nom de famille matéranais). Il suivit, durant son adolescence, une formation au monastère bénédictin de Saint Eustache. Il est célèbre pour ses vertus thaumaturgiques et des miracles célèbres.

 

2   Système de récupération

Le système de récupération des eaux que l’on peut admirer est la partie finale d’un long système de canalisations souterraines (1,5 km), décidé par monseigneur A. Di Macco en 1846 pour approvisionner d’eau la population du Sasso Caveoso.

Ceci est le système des vases communicants, qui permettait la décantation des eaux de pluie recueillies des toits, des rues et des voisinages et des eaux de source provenant de la colline du château, pour remplir le grand Palombaro.

 

3   Canal du trop-plein

Le canal présent au sol est le trop-plein qui transvasait l’excédent d’eau de la citerne à cloche au palombaro (Cf. 11), à l’intérieur duquel on mettait des sacs de jute qui ralentissait la course de l’eau permettant une autre décantation.

 

4   Citerne à cloche

Cette citerne à cloche a une profondeur de 6 mètres et un diamètre de 4,5 mètres avec un double fond où dans le cercle plus petit se déposaient les impuretés présentes dans l’eau. Les parois des citernes des Sassi sont toutes revêtues d’argile en morceaux (terre cuite avec un liant), qui la rendait imperméable au calcaire (tuf).

 

5   Canal de récupération

Ceci est le canal de récupération des eaux de pluie et de source, long de 5 mètres, relié à d’autres canaux, creusé au-dessous du niveau de la route. Il termine à la surface dans une cour, laquelle reçoit les eaux qui proviennent des toits, des voisinages et des routes.

 

6   Photos antiques

Cette photo d’époque montre comment était à l’origine la route où passent actuellement les voitures dans les Sassi. Surnommé Grabiglione en dialecte matéranais, ce canal était l’égoût à ciel ouvert jusqu’au début du XXème siècle. Avec la venue de Mussolini la route fut construite et les premiers tuyaux hydriques et ceux pour les égouts furent faits.

Le dernier trop-plein, celui du Palombaro quand il arrivait à sa capacité maximum, se déversait dans ce canal et permettait de nettoyer l’égout à ciel ouvert.

Les autres photos en noir et blanc présentes dans le musée datent de la fin du XIXème et début du XXème siècles et montrent des scènes des Sassi et de Matera.

 

7   Glacière

A l’intérieur de la glacière on portait la neige prise des toits et des routes et là, on l’amassait à l’intérieur par en haut. De temps en temps on posait des couches de paille, comme isolant. La glace, produite de la neige conservée ici, se maintenait jusqu’à l’été et était vendue en rouleaux.

Cette glacière a une hauteur de 4 mètres et un diamètre de 3,5 mètres

 

8   Cantaro

Nommé « Cantaro » du grec Kantaros, vase haut avec deux poignées, utilisé comme le pot de chambre et toilettes de l’époque qui était vidé dans l’égout à ciel ouvert (Grabiglione).

 

9   Eglise du vieux purgatoire

L’église du vieux purgatoire édifiée à côté de l’église de Saint Jean de Matera. Lui fut dédiée à sa mort. C’est un des rares exemples d’église urbaine élevée en paroisse au XIVème siècle et dont l’architecture fut complétée au XVème siècle. Il y avait à l’intérieur de l’église deux autels, un situé dans la bassine absidale utilisée pour les rites dominicaux, et un sous la voûte à croisillons pour les habits et les objets religieux.

Un fait particulier est à relever, c’est la présence de la confrérie des « Testè Mendate » qui vécut dans ces pièces. Les fonctions de cette confrerie étaient caractérisées par la tunique noire lors des rites funéraires et de la tunique blanche lors des célébrations dominicales et pour le sacrement du mariage.

 

10   Morceaux d’autels

Retrouvés durant les travaux de restauration, ce sont des restes des autels présents dans l’église qui datent du XVIème ou XVIIème siècle.

 

11   Palombaro

Le mot « Palombaro » originaire du mot Palomba, mur de fermeture d’une cour à puits, fut décidé par Monseigneur A. Di Macco, en 1846, comme réserve d’eau publique, en soutien aux  habitants du Sasso Caveoso. Cette réserve s’étend sous une superficie de plus 100 m2, avec une hauteur variable de 12 à 15 mètres, revêtue d’une couche imperméable d’argile. Les trous qui se remarquent dans le plafond sont le point d’entrée de l’eau qui était relié au système de récupération. Le seau reflété dans le miroir correspond, à la surface, sur la place où l’on prélevait l’eau. Au-dessus de votre tête est incisee une croix, en hommage à celui qui a voulu cette citerne ou pour l’église présente au-dessus.